Sur la place à Aubrac
11-07-29_32_Aubrac lightUn vent frais nous accueille sur la place d'Aubrac. Un petit café avant la route fait du bien, d'autant qu'il est (gracieusement) accompagné de morceaux de fougasse et de petites meringues .

On quitte le village par un sentier qui descend progressivement vers la Boralde de Saint Chely, en fait l'un des trois bras de la dite Boralde. Une eau très claire, qui laisse parfaitement voir le fond de la rivière.

Le chemin monte un peu, la rivière pas. De belles cascades, parfois d'une quinzaine de mètres. Des fils barbelés pour éviter que les vaches viennent bouler en contrebas. Et puis de temps à autres, une belle fourmilière.

On quitte les abords de la rivière pour voir les ruines d'un ancien moulin, d'une ferme. Des traces seulement, en basalte. Une pierre bien dure, plus dure que le granit. La technique de découpe des pierres consistant à enfoncer des coins de bois trempés et à laisser la nature faire le reste ne suffit pas toujours. Pour la construction, il devient alors utile de repérer alentour les pierres qui pourront être utilisées telles quelles.

Plus loin le 2eme bras de la Boralde ... et un couple de randonneurs visiblements perdus, près d'un ponton de bois. Notre guide Gonzalo, toujours prêt à rendre service, se penche sur leur carte et leur fait voir à quel endroit ils se sont fourvoyés, quel chemin prendre à présent. A proximité, le cours d'eau traverse une zone de pierres plates, sans dénivelées. Le courant est calme. Une, puis deux écrevisses. On nous apprend que la loutre est ici sans prédateur et qu'elle se régale de ce genre de crustacés d'eau douce.

Passage du 3e bras de la Boralde, à gué, pour découvrir quelques coulemelles, encore peu ouvertes, les meilleures.
Une pause aux abords de la forêt de Brameloup avant d'emprunter la voie Agrippa, voie romaine qui s'enfonce au milieu des arbres. On y trouve du "thé d'Aubrac" (Calamente), en fait une variété de menthe vendue fort cher.

L'après midi se passe en paysage ouvert. On quitte Brameloup pour les horizons vastes, légèrement valloné, caractéristiques de l'Aubrac. C'est un espace essentiellement fait de pâturages séparés par des murets de granit et des drailles (chemins de pierre pour les bêtes), avec ça et là, des constructions, fermes abandonnées et burons : il s'agit d'anciennes fromageries aujourd'hui presque toutes abandonnées (ou transformées en restaurants). Des religieux y sont parfois venus pour y faire retraite.
Buron du Puech, buron de Camejane (seul actif), le Pesquier bas, près du lac des Moines.

Quelques images :
pour voir l'album, il suffit de cliquer sur la photo
11-07-29_08_Boralde-écrevisse light
Gonzalo et "la bête"

Dans de tels paysages, lorsque le vent souffle, il n'est d'autre abris que des rangées d'arbres (plantées pour protéger les bêtes) ou le relief lui-même.
Et ce jour-là, le vent était là.
Une saine fatigue